mercredi 6 juillet 2011

Concours Blog Emploi - J-15 : Tuba 9, le bugle

La dernière rubrique importante du C.V. est celle des « loisirs » puisqu'elle donne le premier éclairage sur votre personnalité.
Puisque les conseils sont d'y ajouter une valeur, mon C.V. papier reprend mes périodes de « théorisation » autour de mes expertises (blogs sur le design et l'urbanisme, conférences, etc.) et mon militantisme associatif preuve de ma capacité d'implication et d'engagement.


Encore qu'être trésorier d'une association d'anciens étudiants ET administrateur d'une structure employant 24 salariés peut risquer d'effrayer un recruteur s'il pense que j'y passe mon temps. Je confirme que mes soirées peuvent être chargées, mais je ne laisserai pas une de ces associations bloquer mon travail.

Remarquez, d'autres intitulent cette rubrique « divers », ce qui me donnerait l'impression d'y trouver tout et n'importe quoi, ce qui est d'ailleurs le cas chez certains qui notent aller au cinéma, écouter de la musique ou regarder pousser les coquelicots. Je m'imagine en recruteur, je pose la question du style de musique préférée, et si j'ai une réponse du genre « j'ai des goûts très éclectiques, j'écoute de tout, du rap, de la RnB, de l'électro... », aucune personnalité, je fuis !

En revanche j'ai supprimé ce que j'y notais avant, à savoir les sports (de montagne principalement, sauf qu'en 10 ans à Nantes, la montagne, je la pratique de moins en moins) et la musique (je n'ai ni diplôme national ni un groupe connu). Sauf que la musique est vraiment mon activité de loisirs puisque je la pratique depuis 23 ans et qu'elle constitue mon lien social puisque c'est grâce à elle que je rencontre des gens hors contexte professionnel.
C'est pourquoi j'avais initié un rubrique « gonzo » atour d'un petit tuba acheté sur une brocante et qui méritait une lourde remise en état. Sauf qu'entre-temps nous avons trouvé des tubistes pour la fanfare, donc le tuba n'a pas été remis en état ! J'ai désormais une bonne excuse pour relancer cette histoire puisque j'ai offert un petit frère à mon tuba : un bugle !


Précisément, c'est un Couesnon en Sib de 1932, l'âge d'or de la marque qui faisait référence pour tous les jazzmen avant l'avènement de la trompette à pistons.


Ma grande question est de savoir s'il s'agit d'un Monopole, le modèle le plus prestigieux, ou d'un Conservatoire, le modèle d'études. Dans tous les cas, je suis tombé en extase devant son aspect étouffé, tant pour le vernis que pour la sonorité.

Il a besoin de soins, mais je me contenterai du strict nécessaire, à savoir tout dégripper pour le remettre en état de jouer. J'avais un problème sur un piston, alors quelqu'un qui connaît quelqu'un qui connaît Attila (pas le barbare, mais un luthier) le lui a confié pour qu'il le sorte. Et il paraît que ce n'est pas le piston de ce modèle, mais ça fonctionne parfaitement. Et à ce que j'ai compris, le luthier pense que c'est un Monopole, donc je n'en suis que plus content !


Me reste à sortir les coulisses, puisque la condensation s'y concentre avant d'arriver à la clef d'eau, donc si je joue 5 minutes il y a un bruit d'eau, et les bagues de fixation inférieures, qui n'étaient pas grippées, mais qu'Attila a revissé trop fort pour moi (il ne porte pas son prénom pour rien semble-t-il) !

Ha, et puis n'oubliez pas de voter : cliquez sur l'image !



.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Rechercher dans ce blog