mardi 28 octobre 2014

Trop d'informatique...

... nuit à mon efficacité et à ma santé morale !

Je jongle entre 2 vieilleries (un MacBook de 2003, plus tout à faire en état, et un Toshiba Satellite de 2008 qui grille ses RAM les unes après les autres) et une énorme tour que je pensais être une tuerie mais qui ne remplit toujours pas les offices pour lesquels je l'ai achetée (et je ne me fais pas à Windows 8).

A cela s'ajoutent un aspirateur grillé, compliqué à remplacer (les modèles équivalents n'existent plus, j'étais tenté par le gain de place d'un aspi-balai mais il faut payer au moins 300€ pour bénéficier d'un tuyau qui passe en les meubles), une chaîne hi-fi qui ne lit plus les CD (mais le bloc de tête de lecture à changer coûte à lui seul plus cher que la chaîne), les tentatives avortées d'installer des périphériques, et ma carte vitale qui semble bien compliquée à mettre à jour (la pharmacie me renvoie vers le CRAM qui me renvoie vers le RSI qui me renvoie vers le RSI Professions libérales qui me renvoie vers la RAM Professions libérales qui me fait prendre un rendez-vous pour être rappeler par un technicien après 8 minutes payantes...).

Le gros ordi me dit qu'il ne veut pas décompresser le .zip dans lequel le fabricant met l'installateur, le Toshiba (après 3 écrans bleus de la mort à la suite) finit par installer les pilotes. Lorsque je lance le logiciel dont j'ai besoin, il me dit qu'il me faut une version 10.0 ou plus récente...
Sachant que ledit logiciel vient du pack 10.1 du fabricant, j'insiste sur ce fait, je ne sais plus quoi faire, mais j'ai déjà perdu plusieurs demi-journées sur une tâche qui ne me prenais quasiment aucun temps d'installation il y a 10 ans.

Pas trop le choix de mettre à jour le matériel de temps en temps, pour suivre les besoins des clients, mais ça m'use...
.

mardi 21 octobre 2014

Une de perdue...

FranceInter parle de Dracula, dont j'ai visité le château cet été lors du séjour musical de l'Amfifanfare en Roumanie.
J'en avais profité pour rendre visite à un collectionneur pas comme les autres...


Levi possède donc 2 Estafettes Renault assemblées par Dacia en Roumanie (soyons exacts : le moteur était déjà produit sur place pour les Dacia 1300 équivalentes aux Renault 12, le reste venait de France).
Je lui ai donc offert une des perles de ma collection : une Sésame à friction !


Et comme j'avais du mal à me séparer d'une des raretés que j'ai en étagères, j'avais cherché sur le web pour en trouver une équivalente. Et j'ai fini par commander un lot de 13 Sésame publicitaire (sans moteur à friction), dont certaines sont en bon état, les autres serviront de cadeau personnalisé (je ne compte pas les rénover à l'identique).


Ce qui est dommage, c'est la couleur, je ne suis pas fan du orange, et je n'ai aucune référence avec cette couleur.
Bref, vous savez déjà à quoi ressemblera ma carte de voeux 2015 !!

Et si vous n'avez pas la patience d'attendre jusque là, l'Amfifanfare fête son retour de Roumanie ce jeudi, 23 octobre 2014, à partir de 20h au Pôle étudiant à Nantes, avec le groupe Rom Sucar, l'association Rom Europe, des installations audios, textes et photos, et la projection de notre "film de vacances".
.

dimanche 19 octobre 2014

Si j'étais designer : Peugeot 201 et Citroën C-Fukang

La stratégie produit des constructeurs automobiles est depuis longtemps la même : conserver l'ancien modèle au catalogue pour proposer une offre accessible aux personnes qui ne cherchent qu'un moyen de locomotion et qui n'auraient pas envie de payer cher pour avoir le nouveau modèle.
C'est ainsi que la Peugeot 206 est devenue 206+ en se restylant pour ressembler à la nouvelle 207. Puis quand la 208 est sortie, on pouvait s'attendre à une 206++ (la 207 ne pouvant que difficilement être restylée pour ressembler à la dernière sortie).
Surtout que la 206 était commercialisée sous différentes formes en Amérique du Sud (avec une version pick-up), en Asie et Orient (avec une version 4 portes à coffre plus statutaire), bref, dans les marchés dits "émergents", et que son restylage mondial pouvait être rentable.

La même année Peugeot présentait pour ces mêmes marchés une 301, berline à coffre sur base de 208. Elle doit servir de produit d'appel, comme la Logan chez Renault, et n'est pas destinée à nos pays. Et quand on regarde le principal marché visé, la Chine, on peut remarquer que Volkswagen est numéro 1 des ventes en multipliant les produits proches (berlines compactes et familiales à coffre).
Alors j'avais imaginé une mise à jour esthétique de la 206, devenant 201 en singeant la face de la 208. Et cette 201 mondiale pouvait s'adapter à toutes les variantes de tous les marchés : 3, 4 et 5 portes, pick-up, cross...


J'hésitais quand même à lui donner le même regard que la 301, pour bien affirmer son appartenance à l'offre "low cost" du constructeur et ne pas entrer en concurrence avec la 208.
Et badaboum, Carlos Tavares a annoncé en juillet la fin de la 206 et de ses dérivés officiels, dans l'optique de simplifier la production. Finie la 201 !
Cela allant aussi avec une nouvelle hiérarchie des marques au sein du groupe, vous vous en doutez, j'ai commencé à imaginer une version Citroën (qui vendait déjà la 206 en Chine sous le nom de C2) à qui est dévolu le rôle de marque d'entrée de gamme. Sauf que la 206 ne collait vraiment pas avec le style des chevrons, donc j'ai redessiné une voiture qui reprendrait la base technique de la 206 sedan en y associant l'esthétique de la C-Une Fukang (notre ZX) nouvelle génération, en-dessous de la C-Elysée.


Evidemment, si les dérivés de 206 ne sont plus produits, il n'y a aucune raison que celle-ci le soit, c'était purement pour la beauté du geste, sans réflexion sur la réalité de la production. D'ailleurs, ça coûte combien de recarrosser une voiture existante sans la modifier techniquement en profondeur ?
.

jeudi 16 octobre 2014

Publicité incognito

Il y a tout juste 10 ans j'étais en stage chez Design Office, à Lyon.
Un stage qui m'a fortement marqué par l'implication réelle et concrète dans mon métier qu'il me permettait enfin d'aborder, au contact d'une équipe motivée et performante (je me souviens avoir fait des maquettes de comparaison de prise en main, il fallait que je fasse vite, donc pas très précis... j'avais droit à 3µm d'erreur!!).

De ce stage reste un de mes principaux faits d'armes (un couteau pour Carrefour Europe sur lequel j'ai tout fait, avec le directeur de création, et sélectionné devant des coutelleries espagnoles et chinoises très agressives sur les tarifs), ainsi qu'une étoile de l'Observeur du design pour une télécommande pour Somfy (j'avais créé les pictogrammes... et c'était la fameuse maquette "pas précise").

Je viens de me voir sur leur nouveau site, pour un projet pour lequel j'ai participé aux études utilisateurs pour définir le positionnement, et à la phase créative. Du coup, je n'ai jamais vraiment prétendu avoir travaillé dessus tant le produit fini est loin de ce que j'en avais vu dans la première phase du projet (logique, les développement techniques et d'usage modifient profondément la forme finale). Mais désormais qu'ils me font l'honneur de me montrer en train de travailler dessus, je vais peut-être le revendiquer :


Je suis retourné voir leur site par curiosité après avoir vu une annonce de leur part :
DO est missionné par un client pour recruter son design manager, pour structurer le design dans la business unit : piloter le processus design, assurer la collaboration entre les équipes et programmes, et participer aux outils de communication.
Si cela vous intéresse, je vous laisse le soin de contacter directement l'agence.
.

lundi 13 octobre 2014

Bugle à palettes

Un nouvel arrivé dans la famille !

C'est un bugle à palettes de marque Schediwy Ludwigsburg, aucune idée de son année de fabrication, et je l'ai commandé en Allemagne via un site web en 4 lettres colorées.

J'ai été surpris par sa légèreté quand j'ai pris le carton, il est un peu abîmé mais tout à fait fonctionnel (seule une coulisse est grippée, même la branche d'accord fonctionne) et joue globalement assez juste.
Je n'ai pas d'embouchure adéquate, et il nécessite un bon nettoyage, mais il va rejoindre les rangs de l'Amfifanfare dès cette semaine !

C'est une avance sur mes cadeaux de l'année, et le plus beau c'est qu'il était mis en vente en dollars donc j'y gagne à la conversion : moins de 200€ port compris !!

Bon, avec la différence je vais m'acheter une housse pour le transporter un peu à l'abri, et je vais chercher une embouchure correcte (celle de mon Couesnon est trop étroite et celles de trompette lui donnent un son trop claironnant).

Rechercher dans ce blog

Chargement...